Groupe:

Darkseed

Date:

27 Mars 2022

Lieu:

Paris

Chroniqueur:

ced12

Une fois n’est pas coutume, ce n’est pas d’un concert professionnel dont je vais vous parler mais d’un concert amateur. Déjà, c’est bien sympathique de retrouver du live car soyons honnêtes, le circuit « professionnel » peine encore à revenir et on continue de voir des tournées annulées. Alors, je ne boude pas mon plaisir de retrouver du live. Aussi, cela se passe dans un lieu assez réputé - et parmi les plus agréables - de la capitale avec ce Petit Bain, non loin du Batofar plus à la mode au siècle dernier. Cette péniche est un haut lieu du live parisien et est particulièrement agréable aux beaux jours. Nous sommes en bord de Seine, la berge a été aménagée avec beaucoup de réussite. J’y avais personnellement vu Fishbone (avec une inoubliable panne de clim’, rude dans les contextes surchauffés que Fishbone génère) puis des affiches plus hardcore (Comeback Kid, Terror) dans une salle plutôt bien fichue avec une fosse mieux adaptée - à mon goût - que le traditionnel, mais néanmoins très attachant Gibus. Ce jour, c’est l’école de musique du XIIIème arrondissement (basée vers la Place d’Italie) qui organise son concert et en plus c’est au profit d’une bonne cause, Amnesty International pour le plaisir de la citer, combat important surtout dans le contexte actuel que chacun connaît.

Au programme, l’association propose des concerts de ces différents ateliers organisés en son sein et c’est l’occasion de découvrir une approche plus proche du terrain, des musiciens investis menant des vies « normales » en intégrant cette passion à leur vie de famille / vie professionnelle dans une atmosphère associative assez classique dans notre pays. Point qui m’a plu, outre, autant l’assumer, une solide amitié avec un musicien jouant en cette soirée, le Metal a sa place, et une belle place, dans une école de musique ce qui est plutôt sympa et à encourager. Notre musique n’est pas « marginalisée » mais fait partie du décor et ça c’est une très bonne chose. Ni traitement à part, ni traitement de faveur mais un positionnement légitime. Une école de musique, c’est aussi un solide tissu associatif, des professeurs investis, des passionnés avides d’apprendre avec divers niveaux et aussi une vraie volonté de sortir du cadre purement scolaire d’apprendre un instrument (possible en soi) mais de proposer une vraie logique de show, orienté vers le public. Et de proposer à ces musiciens ce qui pour certains est un rêve (doublé d’un cauchemar parfois vu le stress que cela peut induire, en fonction de chaque nature), à savoir se produire sur une scène devant un public. Mais aussi un moment de partage avec les familles / amis. L'occasion aussi de donner un sens concret à un investissement personnel et une belle mise en danger finalement vertueuse.

DarkSeed - Live Report - Paris

Belle soirée donc avec divers petits concerts de durée intelligente, ni trop courts ni trop longs entre groupes de funk (archi-dynamique, vivant et très entraînant), d’autres plus pop-rock dont un atelier qui a quelques années derrière lui déjà dénommé Jokers avec une proposition pop originale, légèrement décalée avec deux vocalistes Manu et Nath complices et souriantes achevant une performance agréable sur un Show Must Go On bienvenu (voyant au passage la chanteuse Manu très émue s’agissant là de son dernier show avant de partir vers de nouvelles aventures). Ce qui va plus cadrer avec notre propos, c’est la formation Metal nommée Darkseed et le lot de reprises proposées ici. Tout cela est fait avec humilité mais là encore avec passion, investissement (beaucoup de répétitions en amont) et un aspect DIY assez « plaisant ». Le niveau est bon surtout quand on sait que les musiciens ne répètent qu’une fois par semaine même si des « filages » ont lieu en amont du concert pour bien bosser les titres. On voit vite que les musiciens sont appliqués mais pour autant font l’effort d’assurer une part de show. On sent bien que l’aspect « maîtrise de l’espace » est le plus compliqué à appréhender du fait d’un légitime manque d’expérience. Ajoutons à cela l’absence de shows pendant les deux dernières années (voire un chouilla plus maintenant) et vous avez des musiciens un peu plus stressés que de coutume. L’occasion de voir un batteur effectuer quelques échauffements dans les escaliers de la péniche, ce qui a quelque chose d'amusant.

DarkSeed - Live Report - Paris

On le comprend mieux quand on sait que le groupe attaque sur un Gojira pas évident et, de l’aveu même du cogneur en chef de la formation, le titre le plus « limite » pour lui. Auparavant, Darkseed officiait avec une chanteuse « unique ». Cette dernière partie en Corse (on la comprend !), ce ne sont pas moins de quatre chanteuses qui se relaient à tour de rôle ou en équipe. Pour l’occupation scénique, le problème est de fait réglé et on voit au passage que du jeu de scène a été bossé en amont ce qui est à saluer.  Je persiste à trouver que s'atteler à Gojira est un peu coriace pour démarrer, d’autant qu’on avait eu une petite vidéo d’Amnesty International juste avant et une jolie interprétation de la BO d’Amélie Poulain pour une transition un poil trop abrupte. Our Truth de Lacuna Coil met bien plus en valeur les chanteuses qui sincèrement font le job et s’emploient à invectiver un public bien dans l’ambiance. The March Of Mephisto de Kamelot  met encore les vocalises à l'honneur même si musicalement derrière, c'est propre, carré. Le travail a payé, c'est positif. Le show passe bien vite, encore plus pour des musiciens pour qui l’attente aura été longue. Chouette show donc, prof ravi de ses élèves, musiciens aussi satisfaits que soulagés et les amusants « j’ai fait un nombre de pains !!! » où on essaie de leur expliquer que « ben non ça ne s’est pas entendu ! ». 

DarkSeed - Live Report - Paris

On le comprend mieux quand on sait que le groupe attaque sur un Gojira pas évident et, de l’aveu même du cogneur en chef de la formation, le titre le plus « limite » pour lui. Auparavant, Darkseed officiait avec une chanteuse « unique ». Cette dernière partie en Corse (on la comprend !), ce ne sont pas moins de quatre chanteuses qui se relaient à tour de rôle ou en équipe. Pour l’occupation scénique, le problème est de fait réglé et on voit au passage que du jeu de scène a été bossé en amont ce qui est à saluer.  Je persiste à trouver que s'atteler à Gojira est un peu coriace pour démarrer, d’autant qu’on avait eu une petite vidéo d’Amnesty International juste avant et une jolie interprétation de la BO d’Amélie Poulain pour une transition un poil trop abrupte. Our Truth de Lacuna Coil met bien plus en valeur les chanteuses qui sincèrement font le job et s’emploient à invectiver un public bien dans l’ambiance. The March Of Mephisto de Kamelot  met encore les vocalises à l'honneur même si musicalement derrière, c'est propre, carré. Le travail a payé, c'est positif. Le show passe bien vite, encore plus pour des musiciens pour qui l’attente aura été longue. Chouette show donc, prof ravi de ses élèves, musiciens aussi satisfaits que soulagés et les amusants « j’ai fait un nombre de pains !!! » où on essaie de leur expliquer que « ben non ça ne s’est pas entendu ! ». 

Dernier point intéressant, Darkseed développe désormais en toute modestie des compos personnelles histoire de basculer d’une logique de reprises (nécessaires comme phase d’apprentissage) pour aller vers ses propres créations. Le registre proposé (non joué ce soir, dommage !) est plus orienté death, plus épais et bien plus dense où on retrouve la nature musicale profonde de certains de ces musiciens. 

Le lecteur l’aura compris, là était pour moi l’occasion de saluer le monde de la musique dans ce que cela a de plus « amateur », un certain retour à l’authenticité, à la base avec ces amoureux de la musique qui vivent leur passion au quotidien loin du circuit professionnel. On retrouve toute une dynamique que les sportifs du dimanche à une autre échelle et dans un autre contexte connaissent bien. Un retour aux fondamentaux qui je l’espère aura rappelé ou rappelle des moments déjà connus à titre personnel entre le stress qui monte inexorablement puis ce sentiment de « c’est passé trop vite » avant cette joie si plaisante du concert réussi et du travail bien fait. Une soirée agréable où simplicité rime avec une légèreté d’ensemble bienvenue dans un Paris printanier. 

Setlist de Darkseed :

01. The Gift Of Gilt (Gojira)
02. Our Truth (Lacuna Coil)
03. Waiting silence (Angra)
04. The Satanist (Behemoth)
05. Another Stranger Me (Blind Guardian)
06. The March Of Mephisto (Kamelot)

Venez donc discuter de ce live report sur notre forum !