T O M O R R O W ' S E V E

Interview date

Octobre 2006

Interviewer

Yann G

I N T E R V I E W (Chanteur Martin LeMar)

Trois ans après "Mirror Of Creation" vous venez de sortir la deuxième partie de cet album concept.
Peux tu nous expliquer l'histoire et les concepts développés dans ces 2 volets ?

Le plus important pour moi était de ne pas faire une suite logique. Quand les gars m'ont dit qu'ils voulaient continuer l'histoire de "Mirror Of Creation", j'ai essayé de comprendre le concept du prédécesseur. Et pour moi l'histoire était très simple. La morale principale du premier Mirror était de dire que "clôner les humains" était mauvais et que ça conduirait à une catastrophe. J'ai donc passé beaucoup de temps à développer l'histoire pour le MOC II car je voulais fausser le point de vue et emmener l'histoire à un autre niveau. A la fin, j'ai demandé à Daniel Z. Klein - un de mes amis qui est hypercritique quand il s'agit de paroles en anglais - s'il voulait que nous bossions ensemble. J'adore les paroles qu'il a écrites avec moi et son style d'écriture très passionnant. Il vient de finir le court roman pour MOC II et nous la publierons sur notre site web dans les prochains jours. Il y a beaucoup de choses à découvrir pour les gens qui connaissent le premier album par coeur et aussi des énigmes symbolistiques à trouver entre les lignes des paroles. Mais je n'en dévoilerai pas plus :-)

Qu'avez-vous fait pendant ces 3 ans ? Peux tu nous présenter les changements de line-up à l'intérieur du groupe ?

Si tu passes beaucoup de temps avec les gens et que tu essaies d'être professionnel, c'est dur de trouver un remplacement parfait quand un musicien part. Dans le cas de TE on a perdu 3 musiciens après l'enregistrement de l'album MOC. Bien que Rainer et Olli aient trouvé des autres gars (qui sont déjà mentionnés dans le MOC) pour jouer live, après quelques mois il est devenu évident que nous n'avions pas tous la même vision de TE. Après que Tom et Chris aient rejoint le groupe, ça s'est stabilisé et Martin a finalement complété le lineup. Pendant les 3 ans, nous avons été quelques fois en tournée (avec des artistes comme Paul Di Anno, Ryo Okumoto de Spocks Beard et Dan Swano's "Nightingale"), nous avons joué dans quelques festivals et une fois que le lineup s'est stabilisé, nous avons commencé à écrire le nouvel album.

Vous avez finalement signé avec Lion Music, un label qui typiquement signe les virtuoses. Est ce que ça a été dur de trouver un label ?

Ca a pris du temps. Nous avions beaucoup de problèmes car nous avons naturellement cherché un label en Allemagne ou du moins pas trop loin. Cependant la plupart des labels n'étaient pas intéressés ou avaient des problèmes (plus d'argent, plus de signatures). Mais heureusement Lion est un super supporter de musique prog et nous sommes fier de travailler avec ces gars très cools.

Vous jouez dans un style très complexe, progressif et heavy. En écoutant votre album, il semble que votre musique soit influencée par des groupes comme Evergrey, Superior, Dream Theater... Peux tu nous en dire plus sur les groupes qui ont influencé ce nouvel album ?

Une fois, la comparaison ! Oui, bien évidemment chaque artiste est influencé par des musiciens de son propre goût. Si tu écoutes de la musique, elle ne te quitte pas, c'est marqué en toi. Mais en plus, chaque chroniqueur est influencé par ses propres goûts, donc tu ne peux comparer que par rapport à la musique que tu connais - si tu vois ce que je veux dire. Si tu nous compares à de la musique que tu aimes alors c'est bon signe.

Vos compos sont très complexes et progressives. Un album comme MOC II doit être écouté plusieurs fois avec attention avant de vraiment accrocher. Ne crains-tu pas que cette complexité et que ce manque d'accessibilité vous privent d'une partie du public métal ?

C'est impossible de satisfaire tout le monde. Honnêtement nous avons essayé de réduire pas mal de complexité cette fois. Comparé au premier mirror, cet album est plus métal et plus brut. Nous avons réduit les parties instrumentales et avons essayé de le rendre complexe mais écoutable. J'ai beaucoup d'amis qui sont dans le métal mais pas dans le prog et j'ai l'habitude les utiliser comme des testeurs. Bien qu'ils n'aiment pas les claviers dans le métal ni ne comprennent les parties instrumentales complexes, ils ont beaucoup aimé l'album. Et quand ils me disent qu'il leur arrive de chantonner sur cet album ou qu'ils ont des refrains qui ne leur sortent pas de la tête, je me dis que nous arrivés à faire quelque chose de plus accessible.

Cet album, comme le précédent, ne contient pas beaucoup de solos de guitare démonstratifs. Contrairement à la musique de Dream Theater sur laquelle les solos de John Petrucci sont primordiaux, votre musique se concentre plus sur de grosses rythmiques et sur la mélodie. Je me trompe ?

Nous voulions réellement écrire de gros riffs et des mélodies bruts qui déchirent. La plupart des gens pensent que le metal progressif signifie placer 4 solos dans un morceau et ce pour chaque instrument. Mais nous ne voulons pas gagner les jeux olympiques. La musique ne se définit pas à travers la perfection technique ou la solo-mania. C'est ce que tu ressens quand tu l'écoutes. Je pense que c'est ce qui sépare notre album de beaucoup de groupes de prog. Pour moi, un album n'est pas là pour démontrer tes prouesses. Celui là raconte une histoire.

Quel est votre secret pour obtenir une production si heavy et puissante ?

Un mec doué derrière la table de mixage ;). Quand nous avons discuté du lieu pour enregistrer l'album, nous sommes tous tombés d'accord sur le fait qu'il devait être plus heavy et plus metal que MOC 1. J'ai proposé le SU2-Studio et Phil Hillen qui enregistre avec moi depuis des années. Il fait les productions les plus puissantes de la région et j'ai vraiment de bonnes expériences avec lui. Et je pense que c'était une bonne décision.

Que penses-tu de la scène progressive métal en 2006 ?

Il y a beaucoup de supers groupes que j'ai découverts cette année, et quelques bons albums. Mais l'année n'est pas finie, on ne sait pas ce qui peut arriver ...

Vous êtes un groupe allemand. L'Allemagne est encore un pays avec une scène métal importante. Penses-tu que vous êtes comparables à des groupes allemands comme Vanden Plas ou Superior ?

Oh, ce n'est pas aussi important que ça en a l'air. Le marché et la scène musicale prog en Allemagne ne sont pas gros, même s'il y a beaucoup de groupes. Nous sommes plus connus dans les autres pays que chez nous. Peut-être et espérons que ça changera bientôt. ;-)

Vous allez tourner avec Jorn Lande en Allemagne. Comment avez-vous eu cette opportunité ?

Malheureusement la tournée a été annulée par Jorn. Nous ne connaissons pas trop les raisons. C'est triste mais nous tournerons l'année prochaine avec quelqu'un d'autre. Dès que nous en saurons plus, on mettra les dates sur notre site.

Aurais-tu été fier de tourner avec Jorn ?

Jorn est quasi-inconnu en Allemagne. Il a eu une bonne réputation dans les magazines allemands mais je peux compter sur une main les gens qui le connaissent. Il se peut qu'il soit très populaire dans les pays nordiques mais comme je te l'ai déjà dit, il y a bien peu de place pour ce type de musique en Allemagne. Ca aurait été génial de tourner avec lui mais ça ne se fera pas pour l'instant.

Quels sont vos futurs projets ?

Nous avons commencé à écrire le prochain album car cette fois il ne devrait pas se passer 3 ans entre 2 albums. Et pour la première moitié de 2007 nous avons déjà prévu de tourner avec plein de groupes cools. Donc reste connecté pour les dates !

Avez-vous prévu de venir jouer en France ?

Nous adorerions jouer en France, oui. Qui sait, on verra où les prochaines tournées nous mèneront.

Aurais-tu quelques mots pour les lecteurs du webzine ?

Merci pour votre intérêt et merci d'avoir lu jusqu'à la fin. Restez métal et cool. RDV sur la route l'année prochaine. ;)

Thanks a lot Martin for this interview.

Tomorrow's Eve