Artiste/Groupe:

Toundra

CD:

Vortex

Date de sortie:

Avril 2018

Label:

Kscope

Style:

Post metal instrumental

Chroniqueur:

Didier

Note:

14/20

Site Officiel Artiste

Autre Site Artiste

C’est clair que dans ce style musical, on agace souvent. On attend l'arrivée d’un chanteur qui jamais ne vient, c’est troublant je vous l’accorde mais ça reste un style qui plait à certains, et qui en tout cas me plait. Et quand je vois qu’il existe pas mal de groupes qui œuvrent dans ce style, je me dis qu’ils doivent bien trouver leur public. Donc si vous êtes un inconditionnel des Américains de Russian Circle, des Allemands de Long Distance Calling dont je vantais tout récemment les mérites de leur dernier album Boundless, des Suédois de pg.lost ou encore des Français de Glowsun, vous connaissez certainement déjà ce quatuor madrilène (eh oui, le style fait voyager) qui est composé de Víctor García-Tapia et Esteban Girón aux guitares, de Guillermo aux fûts et d’Alberto Tocados à la basse. Le groupe formé en 2007, sort son cinquième album qui, après I, II, II et IV, porte cette fois un vrai nom, Vortex. Autre changement, celui du label puisqu’après un bref passage sur Superball le temps de IV, les voilà chez InsideOut Music (KScope), qui est plutôt un label référence dans le domaine du metal prog.

Côté production, on est plutôt gâté, et encore heureux devrais-je ajouter. Dans ce style musical, la production doit impérativement être impeccable. Ici il est facile de se laisser transporter par les montées en tensions, les envolées, les changements de rythmes, les cassures, les utilisations de sons trafiqués, car tout sonne parfaitement. L’ambiance générale est plutôt un peu sombre, mélancolique, planante avec de beaux leads de guitares dont la mélodie vient remplacer un chant. Assez classique dans le style.

Malgré tout il n’est pas forcément aisé de faire de distinction entre les morceaux (et encore moins entre ceux-ci et ceux des albums précédents), on écoute plutôt l’œuvre en intégralité pour passer un bon moment ou accompagner un travail qui demande une certaine concentration. Et clairement, on passe un bon moment, par exemple avec ce Cobra dont voici la vidéo :

C’est probablement le morceau qui pulse le plus (avec Tuareg), avec de bons petits changements qui font qu’on ne s’ennuie pas (et la basse y "claque-sa-race"). Si certains morceaux comme Cartavio (et ses jolis arpèges) ou Roy Neary sont très courts et n’apportent pas grand-chose, il y a quand même un pièce importante, Mojave, de onze minutes, qui retient l’attention. D’abord par l’utilisation de sons de batterie électroniquement trafiqués, très original, et puis par des contretemps assez sympas et de multiples renversements assez inspirés. L’album se termine sur un bon titre changeant, Cruce Oeste, sur lequel la batterie sonne particulièrement bien.

Vous l’aurez compris, on passe un bon moment en écoutant ce Vortex made in Spain, qui me semble un des meilleurs albums du groupe, si ce n'est le meilleur. Pas de grosse surprise non plus, mais une alternance de grosses pièces multi-facettes (Cobra, Tuareg, Mojave, Cruce Oeste) et de courts intermèdes (Cartavio, Roy Neary), une certaine continuité (entêtement ?) dans un style où tous les plans semblent avoir déjà été décodés, parfois avec plus d’inspiration du côté de la Suède et de l'Allemagne. Ils entament une grosse tournée européenne qui passe par chez nous, une bonne occasion de tester tout ça en live.

Tracklist de Vortex :

01. Intro Vortex
02. Cobra
03. Tuareg
04. Cartavio
05. Kingston Falls
06. Mojave
07. Roy Neary
08. Cruce Oeste

Venez donc discuter de cette chronique sur notre forum !