Lorn

Artiste/Groupe

Lorn

CD

Subconscious Metamorphosis

Date de sortie

Octobre 2013

Label

I, Voidhanger Records

Style

Black Atmosphérique/Industriel

Chroniqueur

Azagtoth

Note Azagtoth

14/20

Site Officiel Artiste

Autre Site Artiste

C H R O N I Q U E

Lorn est un groupe assez mystérieux sévissant dans l’underground black italien depuis maintenant plus de dix ans.
Pour ce deuxième album, Subconscious Metamorphosis, ils sont affiliés à un label que j’apprécie beaucoup, I, Voidhanger Records, jumelé avec Aeternitas Tenebrarum Musicae Fundamentum, ATMF pour les intimes. Le sous-titre du label est d’ailleurs « Obscure Metal Underground Record Label », ce qui annonce tout de suite la couleur.

Sous forme de trio (batteur, bassiste et chanteur/guitariste/claviériste), Lorn offre une musique tout d’abord assez standard, à savoir un black metal moderne : production claire, riffs lancinants, dissonants et atonaux, mid tempo prédominant.
Au-delà de cette formule de plus en plus répandue dans le milieu, cet album a la particularité d’être exceptionnellement bien construit.
Le premier morceau est pour ainsi dire conventionnel, et obéit à la recette précitée. La voix est un peu en retrait au profit des riffs de guitare, répétitifs jusqu’à l’hypnose.
Dès la seconde plage, la formule change et la voix n’apparaît plus.
Plus on avance sur le disque, plus le black de Lorn devient atmosphérique : entre les chœurs aériens qui viennent hanter Sydereal Synapsis, un morceau monolithique de sept minutes trente et la plage strictement dark ambient Fragmented Souls.

On entre par la suite dans un triptyque qui va voir le groupe s’orienter vers des sonorités indus dans sa troisième partie, ambiance de cauchemar très prenante, en conservant son côté instrumental pur, le mid tempo et les riffs obsédants et dissonants.
Cette combinaison est conservée sur le morceau suivant.
Pour finir, une plage ambient de neuf minutes à la limite du noise.

Le descriptif est laborieux mais permet de se rendre compte de la progression du disque, qui maintient une certaine cohérence tout en changeant totalement de style entre début et fin.
On passe d’un black atmospéhrique occulte à de l’indus black et noise/ambient cosmique de manière tellement graduelle que le contraste n’est à aucun moment frappant. On obtient au final une espèce de mélange entre Deathspell Omega et Blut Aus Nord.
Il paraît dès lors évident qu’il faut écouter l’album d’une seule traite pour apprécier ce travail d’élaboration.

Au final, le disque passe assez vite malgré ses soixante minutes. La linéarité des morceaux peut sembler parfois pesante d’autant qu’ils sont longs, mais elle est cependant nécessaire. Fort heureusement, Lorn propose quelques riffs assez accrocheurs pour casser l’ennui qui pourrait poindre.
Sans être réellement une révélation ou ce qu’on pourrait qualifier de coup de génie, cet album de Lorn offre un travail conceptuel rarement entendu sur le plan musical. Il serait en outre totalement instrumental sans le premier morceau, dans lequel la voix semble même accessoire.
Une véritable invitation à un voyage spirituel, certes un peu dérangeant par moment mais tout aussi immersif.
Si l’album ne parlera certainement pas à tout le monde, j’ai toutefois été conquis et me pencherai à l’occasion sur les précédentes réalisations des Italiens.



Tracklist de Subconscious Metamorphosis :

01  Definitive Conjunction
02. Strident Orbits
03  Sidereal Synapsis
04. Fragmented Souls
05. Aeon Fears part I
06. Aeon Fears part II
07. Aeon Fears part III
08. Primera Alma
09. XXI


Venez donc discuter de cette chronique, sur notre forum !